Sonate pour piano

Composition : 15 novembre 2015
Création : 2 février 2018 – Paris – Conservatoire du 15ème
Durée : 10 minutes
Non édité
Cette sonate pour piano est l'adaptation d'une pièce pour ténor, choeur et piano intitulé Der Steppenwolf (opus 19), tirée du roman éponyme d'Herman Hesse. A l'époque de la création de cette oeuvre, il est apparu que la partie de piano, très intense et quasi-concertante, méritait d'être retravaillée pour elle-même.
Aussi, durant les dix minutes de cette sonate, la musique reprend une grande partie de la pièce d'origine tout en explorant des zones qui n'avaient été que suggérées lors de la création originale. Un re-calibrage de certains autres éléments était également nécessaire afin d'obtenir une oeuvre autonome à la forme maitrisée.
En guise d'ouverture, la pièce débute par un rythme sombre et asymétrique sur lequel se greffe le motif principal de l'oeuvre, sorte d'appel cuivré de quatre notes issu du chant d'origine.
S'ensuit l'allegro dont la course frénétique ne s'interrompra pas jusqu'au final. Alternent alors des traits de virtuosité aux couleurs modales avec des passages plus lyriques où la densité harmonique convoque entre autres Wagner, Poulenc ou bien le jazz. Les modifications de tempo et les changements de mesure incessants dans lesquels s'inscrivent ces différentes atmosphères contribuent à donner une dimension quasi-opératique à l'oeuvre, invitant ainsi l'auditeur à imaginer son propre espace pictural et poétique.
Le piano se fait ici pluriel. Il est tantôt instrument soliste tel que les compositeurs romantiques ont pu le composer, tantôt voix soliste ou chorale, tantôt orchestre démesuré et rutilant.
Après une course sauvage et dissonante évoquant la chasse, l'oeuvre change d'atmosphère pour son final et s'achève sur des accords de quartes et quintes aux rythmes répétitifs et hypnotisants.