Prélude au Livre des haltes

3333 / 4431 / timb / perc (5) / cél / hpe (2) / crd
Composition : 2 juin 2012
Création : 11 septembre 2012
Orchestre Divertimento
Direction, Zahia Ziouani
Durée : 9 minutes
Editions Jobert
La poésie de l’Émir Abd El-Quader s’inscrit dans le prolongement de sa pensée métaphysique ; elle en est le généreux paradigme et frappe par sa puissance expressive. L’essentiel de son corpus poétique précède d’ailleurs le fameux Livre des haltes, recueil de commentaires mystiques de versets coraniques et de traditions prophétiques. Une telle force ne peut que convoquer la musique et suggérer le chatoiement de l’orchestre. Evoquant ainsi les rivages sans mer, l’aube sans nuit, la traversée réelle ou imaginaire, ce prélude est composé dans un esprit de fête et d’allégresse où les mélismes d’un Szymanowski (Le chant du Muezzin amoureux) croisent les motoriques lumineuses de Steve Reich et se mêlent aux noubas réinventées, véritables bacchanales d’outre-Méditerranée.
Conçu comme un voyage au carrefour de multiples influences, cette ouverture est finalement rencontre entre deux cultures, moment suspendu de joie et de jubilation.

« ...Je demeurai longtemps noyé dans leur amour ; me voici, sur leur océan, vaisseau véritable et marin. Quoi donc ? Qui a vu leur beauté un seul jour apparitions et soleil le laisseraient-ils insensible ? Les montagnes de La Mekke verraient-elles leurs visages, elles se prosterneraient, gémiraient et crieraient de désir. Les astres brillants qui se déplacent en un mouvement perpétuel les apercevraient-ils ? Ils demeureraient immobiles et ne paraîtraient plus pour disparaître à nouveau... »